C’est avec une très grande tristesse que nous avons appris la disparition brutale de Yann Queffélec.

Cet artiste peintre aura beaucoup compté dans l’histoire récente de l’Archipel. Trois expositions lui ont été consacrées ces dix dernières années et une œuvre lui avait été commandée pour orner le mur du foyer.

Yann nous avait confié un jour que c’est son fils, Mathurin, qui sans doute avait donné la meilleure définition de sa peinture : « Papa, tu peins le silence », avait-il dit, évoquant les magnifiques rivages que Yann aimait peindre et qui l’ont révélé au public. Aujourd’hui, il nous lègue ces silences pour présence, et son absence trop précoce nous abasourdit.

 

yqueffelec_web2